2. Ne nous laissons pas voler la communauté

1. La nécessité de se rencontrer, de se prendre dans les bras.

De nos jours, nous ressentons la nécessité de découvrir et de transmettre le
fait de vivre ensemble, de se mélanger, de se rencontrer, de se prendre dans
les bras, de se soutenir, de participer à cette marée un peu chaotique qui
peut se transformer en une véritable expérience de fraternité.

En cette époque précisément, les disciples du Seigneur sont appelés à vivre comme une communauté qui soit sel de la terre et lumière du monde (cf. Mt 5, 13-16).

Ne nous laissons pas voler la communauté!

Que tous puissent admirer comment vous prenez soin les uns des autres, comment vous vous encouragez mutuellement et comment vous vous accompagnez : « A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si
vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jn 13,35).

2. Courir le risque de la rencontre avec le visage de l’autre


Personne ne se sauve tout seul, c’est-à-dire, ni comme individu isolé, ni par ses propres forces.

L’Évangile nous invite toujours à courir le risque de la rencontre avec le visage de l’autre, avec sa présence physique qui, interpelle, avec sa souffrance et ses demandes, avec sa joie contagieuse dans un constant corps à corps.

3. L’unique voie consiste dans le fait d’apprendre à rencontrer les autres.


Il est nécessaire d’aider à reconnaître que l’unique voie consiste dans le fait d’apprendre à rencontrer les autres en adoptant le comportement juste, en les appréciant et en les acceptant comme des compagnons de route, sans
résistances intérieures.

4. Au cœur même de l’Évangile, il y a la vie communautaire et l’engagement avec les autres.


La vie communautaire et l’engagement avec les autres sont un message auquel fréquemment nous nous habituons, nous le répétons presque mécaniquement, sans pouvoir nous assurer qu’il ait une réelle incidence dans notre vie.

Comme elle est dangereuse et nuisible, cette accoutumance qui nous porte à perdre l’émerveillement, la fascination, l’enthousiasme de vivre l’Évangile de la fraternité et de la justice !

Ne nous laissons pas voler l’idéal de l’amour fraternel!

5. La proposition de l’Évangile ne consiste pas seulement en une relation personnelle avec Dieu.


Ce qu’expriment les textes c’est la priorité absolue de « la sortie de soi vers le frère » comme un des deux commandements principaux qui fondent toute norme morale.

En lisant les Écritures, il apparaît clairement que la proposition de l’Évangile ne consiste pas seulement en une relation personnelle avec Dieu.

6. Chaque fois que nous rencontrons un être humain dans l’amour.


L’amour pour les gens est une force spirituelle qui permet la rencontre totale avec Dieu.

« Fermer les yeux sur son prochain rend aveugle aussi devant Dieu ».

Chaque fois que nous rencontrons un être humain dans l’amour, nous nous mettons dans une condition qui nous permet de découvrir quelque chose de nouveau de Dieu.

La contemplation qui se fait sans les autres est un mensonge.

Si je réussis à aider une seule personne à vivre mieux, cela justifie déjà le don de ma vie.